Florian goetz  |   jérémie sonntag
La compagnie les arpenteurs de l’invisible, dirigée par Jérémie Sonntag et Florian Goetz, revendique un théâtre populaire, poétique et politique ; un théâtre de la pensée par la sensation.

Après un parcours individuel de comédiens-metteurs en scène, Jérémie Sonntag et Florian Goetz, pour dépasser et enrichir la pratique solitaire du metteur en scène, créent les arpenteurs de l’invisible. La création et la transmission sont les deux axes importants de leur compagnie. Jérémie Sonntag et Florian Goetz co-écrivent et co-mettent en scène des adaptations d’œuvres non théâtrales classiques ou contemporaines dont les sujets, la poésie et la langue explorent les questions métaphysiques et politiques liées à nos sociétés contemporaines. Par une écriture plurielle, ils tissent par montage et mise en échos, une trame mêlant intimement théâtre et vidéo, tout en préservant la langue de l’auteur. Ils inventent, ensemble, sur tous les territoires, un théâtre populaire à la fois poétique et politique, fondé sur la synergie entre création théâtrale et éducation artistique, qui cherche à dépasser tous les replis, à lutter contre les séparatismes et à s’ouvrir à l’altérité dans toute sa complexité. Leur théâtre œuvre à l’émancipation, à la réparation et à la création d’un commun ; un théâtre de la pensée par la sensation, où le public est amené à penser notre époque traversée par les ruptures technologiques et la convergence des crises.

C’est aux confins de l’Océan Indien sur l’île de la Réunion dont Florian Goetz est originaire, dans le mélange des mondes, des cultures et des langues, que leur rencontre artistique a lieu. En 2007, au CDNOI - CDN de l'Océan Indien, ils écrivent et mettent en scène 39 – téat kabaré, un texte créole traitant des séquelles de l’esclavage et posant la question de la violence systémique, dans une forme populaire et pluridisciplinaire. Cette première collaboration est à l’origine de leur désir commun de théâtre : quitter l’espace quadrillé des systèmes d’exploitation pour créer un théâtre déterritorialisé qui explore la part floue de nos devenirs. Un théâtre de l’altérité et du multiple, un théâtre de la mondialité, du Tout-monde (concept cher à Édouard Glissant) qui explore les frontières, l’indicible, les espaces instables, pour faire naître la poésie et la pensée. 

Jérémie Sonntag et Florian Goetz sont implantés en Île-de-France depuis 2011 avec leur compagnie les arpenteurs de l’invisible. Pour eux, travailler à l’émancipation, à la réparation et la création d’un commun par le théâtre ne peut se faire que si l’artiste s’engage sur le terrain à la fois dans la création théâtrale et dans l’éducation artistique. Ils créent des passerelles entre les centres villes, les friches périurbaines désindustrialisées, les quartiers fracassés par la mondialisation et les sociétés créolisées de notre territoire ultramarin. Sur tous ces territoires, ils diffusent leurs spectacles (Rilke - Je n’ai pas de toit qui m’abrite, et il pleut dans mes yeux…, Jamais jamais ! Peter Pan, Fahrenheit 451 et Frankenstein – N’ai-je pas raison de me lamenter de ce que l’humanité a fait d’elle-même ?) et pratiquent l’interculturalité dans leurs projets d’éducation artistique et culturelle (théâtre et arts numériques) en lien avec le Ministère de la Culture, l’Éducation Nationale, l’Aide Sociale à l’Enfance et l’Hôpital.

Les arpenteurs de l'invisible sont artistes associés et en résidence à la Ferme de Bel Ébat.

auteur - metteur en scène

comédien

Florian goetz

Comédien, metteur en scène, auteur-adaptateur, Florian Goetz est formé à l’École Claude Mathieu puis au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique où il y travaille sous la direction de P. Adrien, D. Valadié, J. Lassalle et G. Aperghis. Il joue avec J.Lacoste (Comment cela est-il arrivé ? - Nouvelle révélation sur le jeune homme), F.Sonntag (Disparu(e)(s), La Conférence George Kaplan.) Y. Beaunesne (La Princesse Maleine de M.Maeterlinck), Arnaud Meunier (Pylade de P.Pasolini, Le retour d’Iphigénie de Y. Ritsos), F.Robin (Farces, J.L.Raharimanana, Floyd) J.Timmerman (Words are watching you). Il met en scène avec Jérémie Sonntag au CDOI 39-Téat Kabaré son premier spectacle pluridisciplinaire mêlant théâtre et maloya (texte F.Goetz, chanson C.Salem, N.Narsou). Artiste en résidence au Séchoir-scène conventionnée avec la Cie Baba Sifon, il développe une forme de théâtre-tout-terrain pluridisciplinaire Baramin qui entrecroise les cultures et les formes (conte, jazz, slam, oraliture) et tourne en décentralisation notamment dans le cirque de Mafate et à Île Maurice. Pendant cinq ans, il conte, joue et chante tous les étés sur les places de village du Haut-Forez dans les cabarets du collectif Passages. Suite à L’Oiseau Bleu de M.Maeterlinck qu’il met en scène avec Jérémie Sonntag, il crée avec lui le tandem les arpenteurs de l’invisible. Ils créent un théâtre populaire poétique pluridisciplinaire mêlant théâtre, art vidéo et littérature et adaptent et mettent en scène : Rilke – Je n’ai pas de toit qui m’abrite, et il pleut dans mes yeux...,Jamais jamais !, Fahrenheit 451 et bientôt Frankenstein. Diplômé du DE, il est professeur à l'École Claude Mathieu, formateur pour les enseignants de l'Éducation Nationale. Il mène depuis trois ans un travail de création autour de la figure d'Antigone avec les jeunes patients psychotiques du foyer de post-cure psychiatrique René Capitant.

auteur - metteur en scène

comédien

Jérémie Sonntag

Comédien et metteur en scène formé à l’École Claude Mathieu, il commence avec la cie Air de Lune, dans Un violon sur le toit et dans Yerma de F. Garcia Lorca, sous la direction de Jean Bellorini puis dans L’Opérette de V. Novarina (Jean Bellorini et Marie Ballet) (Théâtre de la Cité Internationale, TNT, CDN Dijon-Bourgogne…). Avec la cie AsaNisiMasa et Frédéric Sonntag, il travaille dans Toby ou le saut du chien (Mains d’oeuvres, Festival Impatiences / Théâtre de l’Odéon), Atomic Alert (La Ferme du Buisson, tournée CCAS...), Sous contrôle (Scène Nationale Alençon, Ferme du Buisson, CDN Dijon-Bourgogne, CND Nancy...), Beautiful Losers (La Ferme du Buisson, Forum du Blanc-Mesnil...), George Kaplan et Benjamin Walter (Ferme du Buisson, Théâtre de la Cité Internationale, CDN Dijon-Bourgogne, CDN Nancy...). Avec la compagnie La Tête Ailleurs, il travaille en prison, en rue et dans les collèges et lycées (Bérénice, Chronique(s), Projet P). Également chanteur et musicien (piano, bandonéon, scie musicale) il participe à des spectacles musicaux (Adèle a ses raisons de J. Hadjaje), à un concert, Rester parmi les vivants (F. Sonntag et P. Levis) et à un opéra, Cyrano et Roxane (J-C Carrière / P.Jourdan / D.Freeman) à l’Opéra National d’Athènes. Il met en scène avec Florian Goetz 39 au CDN de l’Océan Indien en 2007, L’Oiseau Bleu de M. Maeterlinck en 2010, Rilke - Je n’ai pas de toit qui m’abrite, et il pleut dans mes yeux... en 2013, Jamais jamais ! en 2016 et Fahrenheit 451 en 2019.

Équipe

Les arpenteurs de l'invisible travaillent et ont travaillé avec : Thierry Alexandre (créateur et régisseur lumières), Jean-Baptiste Anoumon (comédien), Demis Boussu (constructeur décors), Quentin Maya Boyé (comédien), Jessica Buresi (comédienne), Paul Cabel (régisseur général, régisseur son/vidéo), Philippe Canales (comédien), Alain Carbonnel (comédien), Cécile Coustillac (comédienne), Clotilde Daniault (comédienne), Amandine Dewasmes (comédienne), Alice Duchange (scénographe), Pierre-Julien Fieux (illustrateur, animateur, réalisateur), Viviane Gay (comédienne et adaptatrice), Juliette Gaudel (créatrice costumes), Julien Goetz (comédien), Claire Gondrexon (créatrice lumières), Florian Huet (régisseur lumières), Roxane Kasperski (comédienne), Romain Lalire (magicien et créateur d'illusions), Aurélie Lemaignen (scénographe), Paul Levis (musicien, compositeur), Peggy Martineau (comédienne), Clémentine Ménard (comédienne), Elise Passavant (vidéaste), Agnès Patron (réalisatrice, animatrice, illustratrice), Séverine Saby (graphiste), Jordan Sajous (comédien), Lisa Sans (comédienne), Sarah Jane Sauvegrain (comédienne), Mathieu Trappler (créateur costumes), Emilie Villemagne (créatrice et régisseuse vidéo), Maxime Vincent (créateur son et régisseur son/vidéo).

Virginie Hammel et Anna Brugnacchi du Petit bureau accompagnent la compagnie en administration et Emmanuelle Dandrel en diffusion.